"Bonification" du RRQ

Selon le site du RRQ

Ce projet de loi propose  la mise en place à compter de janvier 2019 d'une bonification du Régime de  rentes du Québec (RRQ) semblable à celle du Régime de pensions du  Canada (RPC). Il est le fruit d'une réflexion visant à assurer aux  prochaines générations un régime de retraite public performant, équitable et  qui saura répondre à leurs besoins. 

Pour le salarié gagnant moins de 55 000$

Peut-on vraiment parler de bonification du RRQ ?

Considérant que la prime additionnelle viendra réduire le revenu imposable au même titre qu'un REER, il convient de mentionner que plus votre économie fiscale sera grande et plus vous serez gagnant avec cette bonification. 


Pour environ 50% de la population, soit ceux qui gagne moins de 42 000$ en 2018, ils sont ASSURÉS à 100% de payer plus d'impôt à leur retraite sur leur rente que l'économie fiscale qu'ils auront obtenue. En fait, puisqu'ils bénéficieront d'une part qui aura été payé par l'employeur, ils pourront se dire au moment du décaissement qu'il profitent de la part de l'employeur à près de 100%. 

Salariés qui gagnent plus de 55 900$

Ce sont les seuls véritables gagnants de cette bonification du RRQ et cela pour deux raisons :

1- Présentement, il leur était impossible d'obtenir une rente plus élevée que 13 610$ à 65 ans.

2- Comme leur revenu se situe dans un tranche d'imposition d'au moins 37.1%, ils pourraient obtenir un taux d'imposition équivalent ou plus faible à leur retraite.


Le grand perdant : le travailleur autonome

Voici une autre mesure fiscale qui a été mise en place sans prendre soin de bien évaluer la réalité de tous. Le travailleur autonome est perdant sur TOUS les fronts :

1- Il devra contribuer davantage tant pour son chapeau de salarié que d'entrepreneur

2- De la même façon que les REER, la bonification sera rarement avantageuse pour le travailleur autonome puisqu'il serait étonnant que ce dernier puisse obtenir un taux d'imposition plus faible à la retraite. 

3- Au lieu de lui permettre d'investir dans un régime libre d'impôt (CELI), voilà qu'on l'oblige à investir dans un régime qui le désavantage par rapport à l'ensemble des salariés qui profitent du fait que la moitié de leurs cotisations sont payées par l'employeur.

4- Tout travailleur autonome  ayant privilégié un fonds équilibré dans son CELI  pourrait bénéficier d'un meilleur revenu de retraite que celle qu'il lui sera possible d'obtenir via  cette rente "bonifié".

2021

Nouvelle hausse des coûts !