TMI vs TEMI

Saviez-vous que la parfaite progressivité de l'imposition québécoise n'est qu'un mythe financier ?

Gaphique TMI 2018 (pdf)

Téléchargement

Réalité fiscale famille monoparentale de 2 enfants (pdf)

Téléchargement

TEMI

Qu'est-ce que le TEMI

Terme utilisé la première fois au début de 1999 par M. Claude Laferrière, fiscaliste et alors professeur à l'UQAM pour présenter les incidences des différentes mesures socio-fiscales qui touchent les ménages à différents niveaux

+ de 40 mesures socio-fiscales

Pourquoi la compréhension des TEMI est-elle si importante ?

REER ou CELI

Pour la planification de la retraite, le CELI convient tout autant que le REER sinon plus.  Le REER n'offre un avantage que lorsque le taux d'imposition à la retraite est plus faible que le taux actuel. Pour ceux qui se contentent de ne regarder que  les huit premiers paliers d'impositon direct, croire que le REER est plus avantageux va de soit. Mais dès que l'on prend soin d'évaluer toutes les incidences socio-fiscales (TEMI) le REER perd de son lustre et laisse entrevoir la supériorité du CELI. À moins d'avoir des enfants mineurs, de gagner personnellement plus de 100 000$ ou de bénéficier d'un régime de retraite et d'avoir la conviction de vivre toute votre retraite en couple, il convient de MAXIMISER d'abord le CELI.

Optimisation des déductions REER

Trop souvent les gens arrêtent de cotiser à leurs REER juste au moment où cela commence à être avantageux pour eux. Avec des économies pouvant aller jusqu'à 90%, il convient de découvrir le montant qui vous permettra de profiter du  plus grand pourcentage d'économies fiscales et sociofiscales.

Optimisation des retraits REER/FERR

Au lieu de se contenter de ne retirer que le minimum FERR pourquoi ne pas faire en sorte de profiter pleinement de ces quelques fourchettes de revenus qui vous permettront de réduire votre taux moyen d'imposition. Ce qui veut dire laisser moins d'argent aux gouvernements et plus pour vous.

Devriez-vous reporter la rente du RRQ au-delà de 65 ans

Premièrement, il convient  de vos rappeler que ce revenu est imposable et que le montant additionnel que vous pourriez obtenir en reportant le décaissement pourrait subir des taux réels d'imposition très élevés.

Il convient donc d'évaluer qu'elle pourrait être votre réalité fiscale la plus probable au-delà de 60 ans, car vous pourriez être perdant de demander le report de votre rente du RRQ. C'est le cas par exemple de la majorité des retraités qui pourrait avoir droit au Supplément de Revenu Garanti.

TEMI

40 mesures socio-fiscales

 

Pour représenter la réalité fiscale des ménages, il faut s'assurer de prendre en considération les incidences d'une hausse de revenu, d'une cotisation ou d'un retrait REER sur ces 40 mesures dites sociofiscales  :


1- Allocation Canadienne aux Enfants (ACE)
2- Soutien aux Enfants (SE)
3- Crédit pour frais de garde
4- Contribution additionnelle pour le CPE
5-Bonification de la SCEE et de l'IQEE
6- Bon d'Etudes Canadien (BEC)

7- Prime au travail 

8- Prestation fiscale pour le revenu de travail
9- Crédits remboursables pour les frais médicaux
10- Crédits non remboursables pour les frais médicaux
11- Crédit pour la TPS
12- Crédit solidarité
13- Crédit pour personne vivant seule
14- Contribution à la RAMQ
15- Contribution au Fonds des Services Santé (FSS)

Pour les retraités, en plus des items 10 à 15 précédents, il convient d'ajouter
:
16- Le Supplément de Revenu Garanti (SRG)
17- Le crédit fédéral en raison de l'âge
18- Le crédit provincial en raison de l'âge
19- Le crédit pour revenus de retraite
20- Le crédit d'impôt pour le maintien à domicile des personnes de 70 ans et plus
21- Le remboursement de la PSV
22- Le crédit pour activités physiques et/ou artistiques


Lorsqu'il est question d'une hausse de revenus de travail, il ne faut pas négliger non plus, les incidences sur
23- Contribution de l'employé à l'assurance empoi
24- Contribution de l'employé au RRQ
25- Contribution de l'employé au RQAP
26- Contributions syndicales


Certains autres volets doivent parfois être considéré :
27- Pension alimentaire à payer
28- Pension alimentaire à recevoir
29- Prêts et bourse pour les parents et/ou les enfants
30- Bonification du REEI
31- Bons d'études pour une personne handicapée
32- Crédits d'impôts pour frais de relève pour l'aidant naturel
33- Montant pour aidant naturel qu'un autre contribuable peut réclamer
34- Certains crédits si vous êtes à la charge d'un autre contribuable
35- Versements du programme Allocation -logement
36- Aide gouvernementale pour l'aide juridique
37- Paiement de la sécurité du revenu
38- Supplément des prestations d'assurance emploi pour faible revenu
39- Réduction/remboursement des prestations de chômage lorsque revenus trop élevés
40- Acomptes provisionnels à verser





40 paliers d'imposition

Pour prendre une bonne décision financière, il ne suffit donc pas de considérer que les huit paliers d'imposition dits progressifs. 


En fait, chacune des mesures socio-fiscales vient ajouter un, deux ou même trois paliers d'imposition. Car il y aura très souvent un seuil à partir duquel la mesure commence à diminuer et un autre où cette mesure ne sera plus disponible pour le ménage.


En considérant toutes ces incidences, la fiscalité ressemble alors davantage à une mer parfois très houleuse qu'à une quelconque progressivité. 


Encore en 2018, les retraités font face à plus de 30 paliers d'imposition et les familles à plus de 40 paliers d'imposition.


L'importance d'une vision globable

Considérant la complexité fiscale, il convient, avant de prendre toute décision de placements, d'évaluer votre réalité familiale, financière et fiscale afin que vous puissiez prendre la décision financière la plus avantageuse pour VOUS.